Isabeau Courdurier – Team SUNN

Recrutée en 2016 par le team SUNN, l’étoile montante du VTT enduro fait maintenant partie des ambassadeurs PROS de PRISM.

Allons à la rencontre de cette jeune femme !

Isabeau1

 Salut Isabeau, rapidement pour commencer présente-toi :

Salut ! Je m’appelle Isabeau j’ai 22 ans je viens de Gardanne, dans le sud de la France. Je concilie les études et le sport de haut-niveau. Je rentre en master management commercial & marketing en octobre prochain.

Tu as choisi de mener de front carrière sportive et vie étudiante. Tes journées doivent être bien rythmées !

Certes mais je trouve que le mix études et sports me laisse un joker. Si l’un ne marche pas, il me reste toujours l’autre. Je trouve cela plus rassurant. Mon calendrier est bouclé jusqu’à septembre prochain entres les compétitions, les rencontres avec les sponsors, les salons et les études.

isabeauExplique-nous comment tu es en venu au VTT enduro ?

Je faisais du cross-country quand j’étais plus jeune. J’ai commencé l’enduro en 2012. La première course a été une expérience pleine de chutes et d’erreurs, mais le challenge m’a tout de suite plu et j’ai vu qu’il y avait plein de nouvelles choses à apprendre.

Ce début de saison 2016 a bien commencé pour toi d’ailleurs !

Oui les étapes EWS en Amérique du sud (Chili et Argentine) se sont bien passées je finis 2ème et 3ème. Le Chili était une étape très physique, en Argentique c’était plus « freeride » avec la poussière. J’ai rattrapé la concurrente devant moi, j’étais aveuglée par les nuages de poussière, c’était bien chaud par moment, vraiment du ride à « l’aveugle » ! (NLDR à l’heure où nous rédigeons ces lignes Isabeau est 2ème au classement général des EWS !)

voir video plus bas

 Quelle sont les prochaines étapes et ambitions ?

La prochaine étape des EWS sera en Irlande, donc j’ose espérer qu’il  y aura moins de problème de poussière ! (rires) Ensuite il y a aura des salons et évènements en France (Vélo Vert Festival, Mountain of Hell, Mégavalanche…) ou j’irai car j’adore l’ambiance de ces rassemblements, cela me permet d’aller à la rencontre du public et des sponsors. Cela permet aussi de décompresser un peu par rapport à la coupe du monde. Les compétitions c’est important, mais rouler pour le plaisir l’est encore plus!
Je me suis fixée comme objectif de gagner plusieurs (un max quoi !) spéciales sur les étapes de l’EWS en 2016. On verra si ça passe. (sourires) Je vais surtout bien gérer les hauts et les bas, garder la tête haute et froide pour éviter les erreurs qui peuvent se payer cher dans ce sport.

Isabeau2

Justement question blessure, tu as été plutôt épargnée pour le moment, non ?

Oui, je m’en sors bien. Je me suis cassée un bras en 2013, mais sinon rien de bien grave. Quelques blessures « d’usure » type tendinites, mais de toute façon je connais bien mes capacités et je sais que tomber fait perdre plus de temps que de rouler un poil en dessous de ses limites. Il faut voir les choses sur le long terme !

Parlons de ces limites, comment fais-tu pour les repousser ?

Je place ma confiance en mes compagnons de ride pour tenter de nouvelles choses. Je ne vais pas forcément le faire seule. Même si j’ai horreur de rester bloquée sur quelque chose, je suis assez réfléchie. D’ailleurs je fais pas mal de BMX pour ma préparation  physique, ça permet de rouler autrement.

 

 

Team SUNN // La nouvelle infiltrée from Sunn Officiel on Vimeo.

 

Team SUNN // EWS #1 Chili 2016 from Sunn Officiel on Vimeo.