Sandy, tu es ambassadrice PRISM depuis le début de la marque, tu as toujours été avec nous. Peux tu te présenter?

« Je m’appelle Sandy, j’ai 29 ans, je vis à Autrans sur le plateau du Vercors. Du printemps à l’automne je vis à Morzine, où je suis Bikepatrol sur la station du Pleney. Je pratique la descente, l’enduro, l’électrique, la pumptrack. Cette saison j’ai roulé sur un Juliana Roubion. J’ai aussi un VAE Radon Slide 140, et un vélo de dirt, principalement pour faire de la pumptrack. Entre le plateau du Vercors, ou les Portes du Soleil, mes terrains de jeux sont vastes, je n’ai pas le temps de m’ennuyer. »

Ride à Bernex
Sandy, home spot dans le Vercors

A quel âge as-tu chevauché un biclou pour la première fois ?

 » A 3 ans, et j’espère ne jamais arrêter! 😜 »

Déjà sur le bike !

D’où t’est venue cette passion pour le vélo ? Qu’est ce qui te motive à en faire ?

« Ma passion pour le vélo (notamment la DH) est venue tardivement. A l’origine, je suis skieuse, et je cherchais un sport qui me redonne le même genre de sensations que le ski, la même adrénaline…. Puis mon frère et mes amis roulaient déjà depuis longtemps, ça m’a motivée.
Maintenant j’adore rouler avec mon copain, mes potes, entre filles ou bien toute seule. Le simple fait d’être sur mon bike est un pur bonheur. »


Qu’est-ce qu’une saison parfaite pour toi ?

« Une saison à Morzine bien sur ! Mêler shape et ride, que du bonheur !! 🤩 »

Sandy en patrouille sur le domaine du Pleney à Morzine

Quel est ton palmarès ? Quels projets as tu déjà réalisés ?

« Je suis diplômée bikepatrol depuis 2015, j’ai tout d’abord exercé le métier sur la station de Villard de Lans, et depuis 2 ans je suis à Morzine sur la station du Pleney.
J’ai fait mes études dans l’aménagement du territoire montagnard et je suis également formatrice de secourisme. Le métier de bikepatrol est donc très complet pour moi, entre le shape, le secourisme, le tout en vélo dans la montagne. Que demander de plus ? »


Pourquoi avoir signé chez PRISM ? Avec quel Zip-On rides tu?

« J’ai rencontré l’équipe il y a quelques années sur le salon du Vélo Vert Festival. Le concept m’a tout de suite plu et l’équipe aussi.

Le sac à dos dorsal permet de rider en légèreté, tout en étant protégé, et la modulation des sacs sur la dorsale est très pratique selon le type de sortie qu’on peut faire.
C’est notamment très pratique pour mon métier de bikepatrol, où j’ai un sac avec tous mes outils, un autre pour rider….. Pas besoin de vider son sac à chaque fois, il suffit juste de changer le volume, c’est rapide et super pratique.
Je possède différents Zip-On : Le Krypton 25, pour le shape ou la patrouille en bike sur le bikepark. Le Colbat 18, me sert en enduro. J’utilise le Helium 11 en enduro si c’est une petite sortie, en DH, et en lifestyle. Et bien sur, le Zip-On Tantale 33 pour le ski. »


En quelques mots, quels sont pour toi les avantages du Switch Element System ?

« Les avantages pour moi, sont le fait de joindre le sac et la dorsale ensemble, rider léger en étant protégé, c’est important. Et pouvoir switcher les éléments suivant l’activité, ou la sortie, sans pour autant tout sortir ce qu’il y a dedans à chaque fois, c’est vraiment génial.

Je porte mon sac PRISM quasi quotidiennement. Avec, j’ai pris la pluie, des boîtes, de la boue, de la poussière. Je l’ai chargé à bloc avec des pelles, des râteaux, une tronco, des skis, il ne bouge pas. »


Quel est ton meilleur souvenir de ride ?

« A vrai dire, je n’ai pas un seul meilleur souvenir de ride, chaque fois que je monte sur mon bike, c’est du bonheur. J’adore découvrir de nouveaux bikeparks, de nouveaux spots, de bouger à droite à gauche pour rouler, de partager ça avec mon copain, et mes potes. « 

Ride de fin de saison à Verbier !

Quelle a été ta plus grosse gamelle ? 

« Ma plus grosse gamelle, c’était sur la piste de Venosc aux 2 Alpes. J’ai perdu le contrôle de mon bike et je suis passée en avant pour taper la tête de plein fouet contre une pierre. J’ai eu un trauma crânien et j’avais perdu la sensibilité de mes mains. Ce n’était pas une boîte très impressionnante, mais de loin la plus flippante. »

Question subsidiaire : comment gères-tu les lendemains de cuite quand tu es censé(e) aller rider ? 😜

« Les lendemains de cuite, c’est sur, ce n’est pas toujours beau à voir, mais une fois sur le vélo, j’ai les yeux qui reviennent en face des trous, la concentration est là, et ça devient un bon moment. »


As-tu un rituel avant ou après chaque course ou session ?

Le rituel after ride : une bonne mousse bien sur !! 🍻

Sandy et Aurore à Morzine

Moment promotion : c’est le moment balance ton compte Instagram et ta page Facebook !

Instagram : sandytermier / Facebook : Sandy Termier